Rechercher
  • carolinepannetier

Protection hygiénique : flux instinctif libre, serviettes lavables, cup menstruelle...

J'avais envie de vous écrire un petit article "zéro déchet" et bon pour notre santé. Le sujet concerne les femmes car je vais parler de protection hygiénique ! On va aborder mon parcours qui se résume à peu près à protection hygiénique de supermarché dégueu (je vous invite à lire cet article pour comprendre pourquoi il est essentiel de ne plus les utiliser) -> protection hygiénique bio -> cup menstruelle -> protection hygiénique bio -> flux instinctif / serviettes lavables.


Qu'est-ce que les règles ?



  • Petit rappel anatomique de l’appareil génital féminin

Nos organes génitaux internes comprennent deux ovaires, deux trompes utérines, l’utérus et le vagin.

dL’utérus est un organe musculaire creux en forme de poire, aplati d’avant en arrière. Il se situe dans la cavité pelvienne entre la vessie et le rectum. Il se découpe en trois parties principales : le col, le corps et le fond

st un organe musculaire creux en forme de poire, aplati d’avant en arrière. Il se situe dans la cavité pelvienne entre la vessie et le rectum. Il se découpe en trois parties principales : le col, le corps et le fond.

Pendant le cycle féminin, la partie la plus interne de l'utérus, l'endomètre, évolue et s’épaissit. Ce dernier contient notamment du tissu conjonctif épais avec des vaisseaux sanguins, lymphatiques et des glandes exocrines qui sécrètent la glaire cervicale au niveau du col de l’utérus. Lorsque cette couche se désagrège et est évacuée, c’est l’arrivée des règles. Il reste une autre couche basale, qui est plus profonde et qui n’est pas éliminée pendant les menstruations, c’est à partir d’elle que la nouvelle couche fonctionnelle se reconstruit à chaque cycle. Notons que l’endomètre est également le lieu de nidation de l’ovule. Ainsi, lorsqu’il y a fécondation avec un spermatozoïde, l’endomètre est maintenu et il y a arrêt des règles pour permettre la croissance du futur fœtus.


Les ovaires sont les gonades féminines (organes conçus pour la reproduction). Comme vous le voyez sur le schéma du haut, ils sont attachés à la partie supérieure de l’utérus par le ligament ovarien. Leur fonction est de produire les ovocytes (ou ovule, qui est la cellule reproductrice) et de secréter des hormones, notamment les œstrogènes et de la progestérone sous la direction de l’hypophyse (et en lien avec le cycle lunaire). Dans chacun des ovaires nous retrouvons deux zones distinctes, le cortex (en périphérie) et la médullaire. L'ovulation est l'expulsion de l'ovocyte à la moitié du cycle féminin par le follicule De Graaf qui est le follicule ovarien le plus mature contenu dans le cortex. Si l’ovocyte n’est pas fécondé par un spermatozoïde, le follicule dégénère et devient un corps jaune fibreux. Ainsi, les règles ont lieues à la fin du cycle féminin, autour du 28ème jour. Par contre, s’il y a fécondation par un spermatozoïde, le corps jaune est maintenu par des sécrétions hormonales, les règles n’auront pas lieu et l’endomètre utérin sera maintenu pour que la nidation de l’ovule se fasse correctement dans la muqueuse utérine.


  • L'importance des règles

Il ne faut pas penser à nos règles comme un moment gênant dans le mois. Je préfère les voir comme le moment détox de mon organisme. En effet, chez la femme, on peut considérer l'utérus comme l'un de nos émonctoires, une porte qui va permettre l'évacuation des toxines présents dans notre organisme. Ne sous-estimons donc pas cette voie de drainage importante de notre organisme. En plus c'est un moment où toutes les femmes se connectent entre elles, en effet, les règles commencent à peu près au moment de la pleine lune ou de la nouvelle lune. C'est un moment où les barrières entre le conscient et l'inconscient sont élargies, prenons ce moment pour nous et pour nous écouter. Mais ce sujet pourrait faire l'objet d'un autre article alors je n'en dirai pas plus...

Protection hygiénique



Depuis 2 ans je suis sous stérilet en cuivre (et en train de réfléchir sérieusement à passer à une contraception naturelle, mais c'est un autre sujet...) qui rend mon flux est beaucoup plus important. Quand j'ai voulu passer à des protections plus naturelles pour moi et l'environnement ça n'a pas été facile.

  • La cup menstruelle

J'ai évidemment testé la fameuse cup menstruelle. C'est une petite coupe en silicone qui ressemble à un petit entonnoir qui va recueillir le flux menstruel sans assécher notre flore vaginale. Elle doit être changée régulièrement, au moins toutes les 8h et bien lavée avant d'être réutilisée. Il semble que l'on peut être sujette au syndrome du choc toxique (STC) également avec la cup, surtout si on ne suit pas bien les instructions.

Je n'ai pas été séduite pour deux raisons : avec les règles abondantes, il faut la changer très régulièrement, ou prendre une taille plus importante ce qui n'est pas agréable du tout quand on n'a jamais eu d'enfant. En plus, selon ce que l'on fait dans la journée, on ne peut pas forcément la changer tranquillement, ce qui n'est pas vraiment pratique, et du coup augmente le risque de STC.

  • Flux instinctif libre

Je suis donc repassée pendant un temps aux protections jetables en essayant d'acheter essentiellement bio pour limiter les dégâts, mais ça me revenait cher... J'ai essayé de me concentrer sur le flux instinctif libre, chose que je faisais déjà sans m'en rendre compte. En effet, lorsque j'allais aux toilettes j'avais l'impression de vider une grosse partie de mes règles. Le flux ne se fait pas en continue, ainsi on peut le garder et le jeter quand on le peut.   l'on écoute son corps en période de règles, on se rend compte que l'on ressent lorsque notre flux s'intensifie. Lorsque l'on ressent que le flux arrive, il faut essayer de se concentrer pour le garder jusqu'à pouvoir le jeter dans les toilettes. Je vous avoue avoir fait cette expérience avec une fine protection pour ne pas avoir de gros souci à l'extérieur. En effet, pour le faire, il faut quand même pouvoir avoir accès aux toilettes toutes les 2 heures au minimum. Pour la nuit, c'est différent, selon le pic de mes règles, j'ai quand même des pertes, mais beaucoup moins voire pas du tout le reste du temps.

Je vous conseille d'essayer de vous écouter un peu plus pendant vos règles et de sentir votre flux et d'essayer de le contrôler. C'est une sorte de ré-appropriation du corps qui est très enrichissant. C'est ce que je répète à mes clients, l'important est de s'écouter.

  • Serviettes lavables

Je comprends toutefois que selon nos activités, notre travail, nos envies, on n'a pas forcément le temps de faire cet effort. Personnellement, j'essaye de continuer à m'exercer au flux instinctif tout en ayant une protection au cas où. C'est à ce moment-là que les serviettes lavables ont fait leur apparition dans ma vie !

Ce sont des protections écologiques, cousues mains, réutilisables et garanties 5 ans. Elles sont aussi voire plus absorbantes que celles dans le commerce. Elles sont douces et n'agressent pas la peau. Certes, ce n'est pas le même prix que celles du commerce, mais comme elles sont réutilisables, on est gagnant sur le long terme.

  • Mes petites protections

J'ai acheté deux serviettes "taille plus" de la marque Plim. Elles coûtent 18€ l'unité et me servent pour la nuit. J'aime cette marque car la fabrication est française ; sa composition est clean : coton GOTS (bio et équitables) au dessus, et tissu imperméable OKOETEX en dessous, chanvre ou coton pour absorber. Elles se lavent à 30°C.

Et j'ai acheté un lot de 5 serviettes "taille midi" de la marque Fleur de Mai que j'ai découvert sur un stand au Salon Respire la vie à Rennes. Elles coûtent 9,5€ l'unité et j'avais eu un prix en prenant le lot mais je ne me souviens plus combien. J'aime cette marque car la fabrication est locale, elles sont confectionnées artisanalement en Bretagne, sur commande ou en petites séries ; elle se compose d'une face imperméable de PUL (imperméable) et d'une face toute douce en velours avec une partie absorbante (cousue) en micro éponge de coton bio certifié GOTS. Elles se lavent à 40° ou 60° C.

Franchement les deux sont au top. J'ai quand même envie de favoriser les créations locales et artisanales, alors un gros coup de coeur pour les serviettes de Fleur de Mai qui sont confectionnées par Aurélie depuis 2007.

Il existe plein d'autres marques que je ne connais pas, renseignez-vous bien sur la qualité du tissu et puis foncez ! En plus, il y a toujours de super motifs trop mignons hihi !

Bon, et si vous avez l'âme d'une couturière vous pouvez très bien les coudre vous-même.

  • La méthode d'utilisation et le nettoyage

Elles se mettent sur tout type de culottes avec une fermeture avec pression en plastique et deux réglages.

Pour les laver en avoir assez pour la semaine, je procède comme suit : j'en porte une sur moi et une autre dans le sac que je change dans la journée. N'oubliez pas d'avoir une petite pochette hermétique comme pour les maillots de bain avec vous pour transporter celle qui va être utilisée. Le soir, je trempe dans une bassine d'eau froide avec du savon de Marseille puis je les frotte avec le savon et les mets à sécher sur mon chauffage. Le lendemain matin je peux la porter et elle est comme neuve.

A la fin de mon cycle, je les mets toutes à laver dans la machine à 60°C avec mes serviettes de bain.


Finalement, j'ai opté pour ces options qui me correspondent et avec lesquelles je me sens bien aujourd'hui. Je vous conseille de tester de nouvelles méthodes pour votre santé, et de vous écouter.

N'hésitez pas à me dire quelles sont les vôtres :)

14, Rue Bertrand Robidou

35000 Rennes, France

caroline.pannetier.naturopathe@gmail.com

Tél : 06 03 68 26 06

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon

© 2018 par Caroline Pannetier. Créé avec Wix.com

Voir les mentions légales