14, Rue Bertrand Robidou

35000 Rennes, France

caroline.pannetier.naturopathe@gmail.com

Tél : 06 03 68 26 06

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon

© 2018 par Caroline Pannetier. Créé avec Wix.com

Voir les mentions légales

Rechercher
  • carolinepannetier

Repos digestif

Mis à jour : 2 oct 2018

Depuis l'année dernière, je mets mon système digestif au repos une fois par semaine, et ça me fait un bien fou. J'avais envie de partager ça avec vous car j'ai remarqué des changements dans mon corps, des soulagements au niveau digestif et au niveau de mon syndrome prémenstruel. Je suis certaine que cela pourrait vous intéresser.

Ma formation de naturopathe m'a donné envie de tester plein de techniques différentes... Au début on nous parlait beaucoup du jeûne comme un remède miracle qui faisait du bien au corps. J'étais un peu septique je l'avoue, et surtout, je me demandais comment arriver à ne pas manger pendant un temps précis... Toutefois, à force d'entendre du bien de cette technique, j'ai voulu essayer moi aussi, d'améliorer ma digestion grâce à cette technique ancestrale.


Le jeûne intermittent

Je ne me voyais pas commencer par le jeûne... Ca me faisait trop peur. J'ai donc commencé par des jeûnes intermittents. C'était assez simple pour moi car je n'ai jamais petit-déjeuné, on m'a toujours forcé à le faire alors que je n'avais pas faim le matin. Donc sauter ce repas était plutôt une bonne chose pour moi ! J'arrêtais de manger à 20h le soir et je mangeais le midi. J'avais donc fait un jeûne de 16h. Finalement, je pense que la plupart d'entre nous le faisons sans nous en rendre compte. Je ne le faisais pas tous les jours, quelques fois, je cassais le jeûne à 11h avec un fruit et quelques oléagineux quand la faim était trop présente. En tout cas, c'est une chose que je fais encore aujourd'hui et ça me fait un bien fou. Je ressens vraiment la différence quand je déjeune le matin. J'avoue que le week-end, il m'arrive de petit-déjeuner si je suis avec mon chéri, des amis, ou ma famille et que l'on déjeune dans une ambiance calme et conviviale. Ce que je préfère c'est faire un brunch tard dans la matinée et comme ça ma faim est bien présente. L'essentiel est de s'écouter finalement.


La monodiète

  • La monodiète de 5 jours

On nous a également beaucoup parlé de monodiète et, comme le jeûne, ça me faisait un peu peur. La monodiète c'est de ne consommer qu’un seul aliment pendant au moins 24 heures. La durée varie de 1 journée à plusieurs semaines. Je rappelle que cela demande de l'énergie. Cela permet de faire un grand nettoyage de l'organisme et d'éliminer les toxines qui nous encombrent. Si on consomme un seul aliment même en grande quantité, on élimine, alors que l'on assimile en mangeant plusieurs aliments en petites quantités. Notre corps va puiser dans ses réserves, comme pour le jeûne, cela offre un repos à notre foie qui en a bien besoin. Il va se désengorger et se régénérer, comme les reins, et enfin, le sang va filtrer tous les déchets. Il est important de boire régulièrement. Les 3 jours de monodiète vont également permettre de régénérer les cellules de notre flore intestinale.

Pour la petite histoire, l'année dernière, j'ai mangé un burger végétarien chez Big Fernand un samedi midi. J'ai mis tout le week-end à le digérer. C'était l'horreur. Le lundi matin en cours, je n'avais pas du tout envie de manger. Du coup, j'ai pensé à la monodiète et j'ai voulu me lancer dans l'expérience. J'ai mangé 4 pommes ce jour-là puis une compote de pommes maison le soir. Je me sentais vraiment bien. Le lendemain matin, je n'avais pas très faim, j'ai donc voulu continuer l'expérience et tenter la monodiète de 5 jours. Le deuxième jour fut le plus compliqué... J'avais envie de manger autre chose, mais j'ai tenu. J'ai fait des pommes au four le soir pour changer un peu et j'ai mangé des pommes crues la journée. La nuit a été compliquée, mon ventre gargouillait et je rêvais de nourriture constamment... et je vais vous avouer quelque chose... j'avais trop envie de... poulet !!!! J'ai du mal à assumer ça, mais c'était le cas... Bon évidemment, je n'ai pas craqué, j'ai fini par m'endormir. Le troisième jour, tout allait bien, je n'avais plus faim, même plus envie de manger des pommes. L'énergie était là, j'étais très en forme. Alors, j'ai décidé de tenter une journée de jeûne hydrique. La journée s'est bien passée, je me suis couchée, avec un creux dans le ventre, mais ça allait. Le réveil du quatrième jour a été compliqué. J'ai eu des vertiges, des tremblements, je ne me sentais pas bien du tout. J'ai eu la mauvaise idée de me faire un jus de pommes à l'extracteur car je ne pouvais plus manger de pommes je n'y arrivais plus... Je l'ai siroté dans mon lit et d'un coup, pic d'insuline, j'ai eu des vertiges plus forts et des nausées. Je me suis couchée et endormie. Je me suis réveillée à 11h et ça n'allait toujours pas. Je me suis levée et j'ai eu envie de vomir. J'y suis allée, j'ai vidé mon jus de pommes. Je me suis recouchée et réveillée à 14h. J'étais en forme. C'était comme vous vous en doutez, une petite crise curative qui est tout à fait normale. J'ai pris une moitié de banane pour me remettre en forme. Ma cure de pommes était terminée... Mais pas question pour moi de manger autre chose, je n'en avais pas envie. La banane m'avait redonnée une force d'enfer. Je suis sortie de chez moi à 16h et je suis allée faire une grande balade dans le bois de Vincennes. Ca m'a fait un bien fou. Le soir j'ai mangé une autre banane et je me suis couchée. Le lendemain, était le dernier jour de la cure. J'étais en forme et pleine d'énergie. J'ai mangé 2 poires le midi. Je tenais car je savais que le soir, j'allais pouvoir faire un repas de légumes !! C'était poireaux et haricots verts cuits vapeur avec un peu d'huile de cameline au menu. Je me souviens, j'avais trouvé ça tellement délicieux ! Bref, c'était une expérience intéressante car j'ai pu voir que j'avais la motivation de le faire. Par contre, je changerai pas mal de choses. Par exemple, je conseillerai de faire un petit lavement pendant la monodiète, ou une cure de chose que je n'avais pas fait et je pense que ça m'aurait aidé à ne pas faire de crise curative. En effet, ça aurait éliminé quelques déchets qui restaient dans mes intestins. Aussi, je l'ai fait en plein hiver et il faisait trop froid. Le mieux est de le faire quand il fait chaud. Il est important de transpirer pour éliminer les toxines. En hiver je ne transpirais pas. J'avais pris des douches très chaudes, mais je n'avais pas de baignoire pour prendre des bains chauds, et je n'ai eu la force d'aller au sauna. Je vous conseille vivement de le faire si vous vous lancez dans ce genre d'expérience ou de faire des bains chauds. Aussi, j'aurais fait une séance de brossage à sec tous les jours pour aider à l'élimination des toxines accompagné d'auto-massages à l'huile. Enfin, je vous déconseille les jus de fruits, comme le jus de pommes, qui va vous faire un pic d'insuline et vous faire sentir mal. Le mieux est de manger le fruit tel quel, râpé, ou cuit, ou bien que des légumes cuits ou encore que des jus de légumes à l'extracteur. 



  • La monodiète hebdomadaire

Suite à cette expérience, je n'ai pas refait de monodiète de plusieurs jours. Ce que je fais, c'est une journée de monodiète par semaine. Tous les lundis. Souvent, je vois des amis le week-end, et je fais des écarts, ainsi le lundi me permet de rééquilibrer ces petits écarts. Depuis que je fais ça, je le vis beaucoup mieux. Mon ventre me remercie. Ma technique est de manger tôt le dimanche soir (max 19h30-20h) et de manger de nouveau le lundi soir. Ca me fait tenir 24h et permet à mon système digestif d'être tranquille. Je fais également un petit lavement avec une poire à lavement à la fin de chaque journée de monodiète. Histoire de bien nettoyer tout ça :) Pour celles et ceux qui ont peur du lavement, il faut vraiment dédramatiser la situation, car la poire à lavement est toute petite, il suffit de rester à côté des toilettes quand vous le faites, et hop, c'est terminé.

Pour la monodiète, j'ai commencé par la pomme. Non je n'ai pas été dégoûtée suite à ma monodiète de 5 jours. J'aime toujours autant ce fruit ! Par contre, j'ai remarqué qu'il me ballonnait beaucoup... J'ai donc changé et je suis passée aux carottes. Je prends un jus de carottes et je me fais des carottes râpées avec une cuillère d'huile de cameline pour le midi. C'est comme si je mangeais normalement et psychologiquement ça aide beaucoup à tenir la journée. Vous pouvez également avoir quelques carottes à grignoter dans la journée. J'ai également tenté la monodiète de jus de légumes, et elle me convient finalement le mieux. Je n'ai aucun problème de ballonnements et je ne ressens pas la faim. En effet, il existe plusieurs types de monodiète : la fameuse aux raisins qui se fait en septembre, au riz complet, aux bananes, aux légumes cuits...etc. Je vous conseille de tester sur une journée et de voir comment vous vous sentez. J'ai appris à m'écouter et faire confiance en mon corps, et je vous conseille d'en faire autant.





Le jeûne de 24h

Depuis peu, j'ai tenté le jeûne de 24h à la place de la monodiète... Le jeûne c'est de s'abstenir de manger pendant au moins 24h. Le corps va se désintoxiquer, se régénérer et se nettoyer. Imaginez que vous êtes en mode machine à laver. C'est également un moment pour soi. En effet, quand on jeûne on n'a pas à se prendre la tête sur ce qu'on va manger... On a plus de temps pour soi, on économise vu qu'on ne fait pas de courses, et on met son esprit au repos. Je profite toujours de ces moments pour méditer, faire du yoga, prendre du temps pour moi. Je parle évidemment du jeûne hydrique (celui où l'on boit de l'eau, des tisanes). Faire un jeûne hebdomadaire de 24h permet à notre corps de faire du tri. Notre sang va mettre en surface les déchets circulants pour que l'on puisse les élimer en transpirant. Ce jeûne permet de nettoyer les excès que l'on fait la semaine. Finalement, le jeûne de 24h est moins difficile que ce que je pensais... Le fait de ne rien manger me semble plus simple que de manger toujours la même chose. Je ne le fais pas chaque semaine, cela dépend de mon état d'esprit... Je m'écoute, j'essaie de tenir en jeûne et si dans l'après-midi j'ai vraiment faim, je n'hésite pas à me faire un jus de légume ou à croquer dans une pomme en attendant le soir. Je ne me mets pas de pression. Le jour où je n'ai pas envie, je ne le fais pas et je bascule sur une monodiète.


Le jeûne de 36h

Si on continue dans les expériences, j'ai eu la folle idée de continuer un peu plus mon jeûne de 24h. Au lieu de manger un repas léger le lundi soir, j'ai tenu jusqu'au lendemain, le mardi matin. Mais ça a été une mauvaise expérience, comme la fois de la monodiète, une nouvelle crise curative. J'ai eu exactement les mêmes symptômes : vertiges, nausées, faiblesse, fatigue. J'ai mangé une banane tout doucement le matin et je me suis recouchée. Je me suis levée 1h après avec l'envie de vomir. Evidemment, je n'ai pas réussi à vomir. Je me suis recouchée. Puis j'ai pris une cuillère de miel, et je me suis levée à 11h. Tout allait mieux. J'ai mangé des légumes à midi. Et j'ai repris le fil de ma vie normale. Je pense que le jeûne est quelque chose de très bénéfique et qu'il est intéressant de le mettre en place dans sa vie si on en a l'énergie. Il faut toutefois être suivi et faire ça en respectant certaines règles. Notamment la detox juste avant, chose que je n'avais pas fait car mes jeûnes suivent souvent des gros craquages... Je vous conseille d'aller lire l'article de mon amie Margaux du blog Organic traveller qui a tenté l'expérience du jeûne de 7 jours.




Conclusion

Finalement, je reste sur ma monodiète hebdomadaire (qui saute quelque fois je l'avoue) ou sur le jeûne hebdomadaire selon mes envies. L'important pour moi est de mettre au repos mon système digestif, et ça me fait un bien fou. J'ai remarqué des progrès au niveau de : - ma peau qui se sent vraiment mieux : moins sèche, moins de petits boutons, plus éclatante - mon syndrome prémenstruel : douleurs beaucoup moins importantes voire inexistantes certains mois - ventre moins ballonnée et plus léger avec moins de douleurs - moins de remords quand je fais des "craquages" en semaine, ce qui je trouve est très important, on ne s'en veut moins si on mange un peu trop, ou quelque chose de trop sucré


Bref, que du positif dans cette monodiète/jeûne hebdomadaire. Je vous conseille de le faire dans la bienveillance. En effet, au début, j'avais remarqué que j'avais tendance à trop manger juste après car j'avais trop résisté. C'est important de ne pas faire ça et d'essayer de faire une monodiète en conscience. Penser que l'on fait cela pour notre corps, pour un bien-être futur. Si on ne se sent pas encore prêt, ce n'est pas grave, on testera l'expérience plus tard. L'essentiel, c'est de s'écouter :)


J'espère que mon article vous a plu, si vous avez des questions n'hésitez pas à me les mettre en commentaires.